Comment sourcer pour Amazon FBA en 5 méthodes ?

Comment sourcer pour Amazon FBA en 5 méthodes ?

5 techniques de sourcing pour démarrer une activité Amazon FBA ?

“Comment fais-tu pour trouver des produits à revendre chez Tonton Amazon?” ou “Je n’arrive pas à trouver de moyen fiable, as-tu une astuce pour m’aider à bien sourcer pour Amazon ?”

Méthodes de sourcing pour Amazon FBA

C’est le genre de questions que je reçois régulièrement par ceux qui veulent se lancer sur Amazon, ou l’on déjà fait et veulent plus d’information sur le business FBA en général ou le retail arbitrage.
J’ai essayé tout un tas de méthodes de sourcing depuis le début : avec parfois des échecs, où je me suis planté comme une m$$$$, et d’autres moments où l’opportunisme du débutant que j’étais, conjugué avec la bonne rencontre, le bon tuyau ou tout simplement la chance, m’ont permis de développer mon activité, aiguiser mes compétences et, par conséquence, augmenter la productivité et mes gains. Bien qu’étant encore consultant en systèmes d’informations à mon compte, je pourrais tout à fait envisager de stopper cette activité et passer entièrement sur un temps complet à faire de l’Amazon FBA tant les gains sont stables et attractifs.

Cette activité secondaire me paie : mes vacances, les sorties ponctuelles en famille, certaines factures, et les petits loisirs (ciné, restos etc…). Rien de tout cela ne serait possible sans le RETAIL ARBITRAGE avec Amazon FBA. Et à mon avis, c’est exactement pour cela que vous lisez cet page.

J’ai déjà aidé gracieusement des centaines de personnes pour d’abord découvrir le RA et Amazon FBA. Je n’ai plus rien à prouver dece point de vue, mais j’aime foncièrement aider et comment dire, lorsque je vois que quelqu’un réussit grâce parfois à un seul conseil, je suis réjouit de bonheur.

Surtout au début lorsque les personnes font leur premiers pas sur Amazon, et doivent comprendre toute la mécanique de Tonton, avec la création du compte, la préparation du premier carton d’expédition vers les entrepôts d’Amazon.
Moi même, une fois que j’avais compris comment faire et, que j’engrangeais mes premiers €uros, une sorte d’excitation s’est emparée de moi, et j’ai voulu tout de suite partager cela avec mes proches. Souvent sceptiques au départ, la plupart ont fini par me dire que ma méthode est terrible et leur succès relatifs m’ont conforté dans l’idée que mes techniques sont top, et permettent de faire vivre des familles entières. C’est d’ailleurs pour cela que le groupe Facebook a surgi, suite au décès prématuré du blog de Paul F. qui avait été le premier à parler d’Amazon FBA en France, et fort de ses milliers de membres nous aidons aujourd’hui tous ceux qui, rêvent de s’émanciper financièrement, ou juste de développer un filet de revenus complémentaires.

Mais revenons en à la base : nourrir la bête Amazon avec du stock qui se vend !!!

Je vais vous parler des 5 moyens de sourcer vos produits.

1. Les rayons Promotions des GMS (grandes et moyennes surfaces)

C’est ce qu’on propose en premier à tous ceux qui démarrent, parce que c’est la méthode qui est la plus rapide : tu trouve un produit avec une belle réduction, et tu revends sur Amazon avec un joli bénéfice.

Quand tu démarres, les rayons et sections des promos sont un super moyen de t’entrainer à scanner (tu scannes avec une application dédiée comme Amazon Seller App) tous les produits possédant un code barre, et tu peux voir en direct les différences de prix, ainsi que le classement des ventes Amazon comme indicateur du potentiel du volume de ventes du produit scanné pour faire ton arbitrage.

Définition simple de l’arbitrage : décision d’achat/vente basée sur des informations qui donnent une orientation à la décision (ces infos peuvent être le prix, le volume de vente etc…)

Un chasseur sachant chasser….

A force de chasser les bonnes affaires (scan à la main) tu vas comprendre plus ou mons rapidement ce qui est rentable de ce qui ne l’est pas. Tu vas plus facilement reconnaitre les bonnes marques, celles qui permettent de vendre immédiatement, de celles qui puent et ne donnent pas de résultats.

Quand j’ai commencé à vendre sur Amazon, j’ai trouvé plein de produits sur lesquels j’avais des promotions, et j’ai gagné mes premiers euros grâce à cela notamment (mais pas que).
Ce fut le début d’une longue série de stratégies gagnantes! Et puisque je ne suis pas si con, dès lors que je repérais un winner dans un magasin à coté de chez moi, devinez ce que je faisais ?
=> Je courrais aux magasins de la même chaine (par exemple Carrefour) un peu plus loin pour trouver la même promo sur le même produit.

Finalement j’ai passé beaucoup de temps au début à scanner tout ce qui bouge, je ne réfléchissais même pas, j’ai scanné, scanné et scanné encore. Ce n’était pas de tout repos. Mais une fois que l’on connait les produits et que l’on sait analyser (à minima) les données sur l’application du smartphone, cela devenait un jeu et depuis:

Je ne vais plus au magasin pour acheter à titre perso, mais pour gagner de l’argent et c’est comme un jeu grandeur nature !!!

Ce qui s’est passé ensuite c’est que les regards de ceux qui me voyaient scanner l’air ahuri, parfois méfiant et aggressifs, parfois simplement curieux et amusés en observant le ou les caddies (si, si, plusieurs caddies ça arrive parfois) à la caisse m’ont donné envie de continuer. Je savais que j’effectuais une activité qui tue, avant tout le monde, et que j’avais intérêt à maitriser cela avant que cette activité ne devienne populaire.

Comment trouver les bonnes catégories de produits à sourcer pour Amazon ?

Je peux dire que j’ai eu de la chance de pouvoir percer dans les medias, car j’ai failli tout perdre: lors de ma déculottée, j’ai switché un temps (avec succès) sur les catégories Epicerie, puis fort de cette réussite, j’ai continué à explorer la rubrique Chaussures et Accessoires, Vêtements, puis Hygiène et Santé.  Ces catégories sont restreintes mais n’ayez crainte, je vous explique comment débloquer l’accès à ces catégories dans la formation Tonton Amazon .

J’ai compris certaines choses dans les cycles de ventes des produits d’alimentations mais également dans les rubriques Hygiène et beauté. Cela m’a permis d’anticiper certaines promos et gagner du temps sur la concurrence en achetant moins cher que les autres revendeurs.

Et c’est quelque chose que vous pouvez faire aussi. Cela peut prendre un peu de temps pour tout comprendre, mais une fois que vous devenez un expert dans un catégorie, vous concentrez vos efforts sur celle-ci.

Par exemple, vous scannez TOUT dans les rayons bébé et jeune maman. Vous finissez par trouver un magasin qui offre un produit différent, ou moins cher, ou que les autres n’ont pas et qui sont durs à trouver sur Internet.

Le plus souvent, vous allez trouver un produit qui se vend bien même en le payant au prix normal en magasin TOUT en dégageant une marge interessante. Dès lors que vous devenez un expert de cette catégorie, et par conséquent des produits sous jacents, vous dévalisez le rayon quand vous trouvez une promotion sur ce type de produits.

2. Magasins de Liquidation / Déstockage

S’il y a un truc que j’ai appris de mon expérience en retail arbitrage, c’est que les produits sont parfois en rupture de stock dans les magasins. A ce moment bien précis, les gens sont prêts à payer un peu plus cher pour se fournir. Un autre moyen de gagner, est de profiter des offres saisonnières. Tu achètes l’édition limitée d’un DVD, un arôme ou parfum limité dans le temps d’un produit (exemple avec les “Ferrero” Rocher de Noel, peuvent se revendre à Pâques), peuvent être des best sellers en un rien de temps sur Amazon. Plus le bien est rare, et plus on peut le revendre cher chez Tonton.
Une stratégie un peu plus avancée consiste à acheter ces produits en quantité chez les destockeurs et créer les listings associés. Personne ne viendra se mettre sur le listing si vous avez acheté de grosses quantités, car c’est vous qui avez l’essentiel du stock sur un produit en édition limitée.

Cette stratégie est un peu moins facile d’accès, mais tellement rentable, vous allez faire de marges de fou en utilisant et élaborant ce principe.
J’avais envie de comprendre où pouvais-je trouver de grosses quantités sur les produits de ce type car dans les magasins de détail, les BONNES promotions ne sont généralement proposées que sur des fins de séries, donc les bonnes affaires se font au coup par coup. C’est déjà bien, mais pas assez pour moi.
C’est alors que je découvre avec joie et excitation les destockeurs.

Comment fonctionnent les destockeurs ?

Lorsqu’une chaine de magasins arrête de commercialiser certaines produits et qu’il leur reste encore du stock, elles font des promotions pour liquider le stock restant, puis après un certain délai, elles suppriment les rayons de ce stock restant pour les envoyer chez les destockeurs avec lesquels elles ont des accords commerciaux.

Le destockeur reprend la marchandise (bradée pour quelques centimes), et revend le produit à généralement une réduction de plus de 50% du prix initial de vente (ce qui correspond au prix en promotion ou soldé). Ce qui est bien c’est que on entre dans un magasin ou tout est soldé.

Vous me voyez arriver (enfin j’espère)…

En fonction de la période, de l’offre et de la demande, certains produits sont demandés alors même qu’ils sont en rupture de stock un peu partout. Les magasins de destockage comme Noz, Action, Stockomani possèdent alors du stock disponible sur les produits en rupture de stock ailleurs !!! BOOOOOM !!! Voila un deal à faire 🙂

Les acheteurs se mettent à rechercher en ligne et peuvent payer beaucoup plus cher que d’habitude sur Amazon. Quand on réalise le potentiel des gains possibles, c’est là qu’on se rend compte de la puissance du retail arbitrage. Maintenant, je recherche surtout des produits dont la quantité est importante, pour obtenir des ventes stables, sur plusieurs mois.
Ex: Une bonne opération consiste à trouver un (ou des) produit(s) avec un cout d’achat global d’environ 1500 euros (+ ou – 20 %) et un profit NET d’environ 10 000 euros, mais qui prendrait quelques mois à s’écouler (6 mois maximum), cela s’appelle un petit flux régulier de revenu.

3. Les Assistants Virtuels

Les assistants virtuels, lorsqu’ils sont bien recrutés, sont une économie de temps monstrueuse. Le top c’est l’assistant virtuel qui recherche pour toi les bonnes affaires. Comme ça tu ne cherches plus, tu vas simplement au magasin déniché par ton assistant et tu fais un braquo.

Quand je suis disponible, je me déplace dans les endroits trouvés par mon co-pilote (c’est comme ça que j’appelle mon assistant virtuel) et j’achète en fonction de ce qu’il a trouvé, et parfois même je découvre moi même d’autres bons coups sur place. Le problème c’est que l’assistant virtuel ne se déplace pas pour trouver les deals, il recherche en ligne et peut rater facilement des affaires.

Donc le mieux c’est d’utiliser les assistants virtuels pour le sourcing en ligne. Pendant que je travaille, il recherche de bons deals à faire sur la toile, et m’économise énormément de temps. Il est payé à l’heure et n’a que ça à faire. Deux fois par semaine (c’est moi qui ait déterminé ce rythme), je reçois les offres dégotées par mon co-pilote. J’achète alors de belles quantités sur les quelques deals trouvés (bon en toute réalité, tous les deals proposés par mon co-pilote ne sont pas forcément de super coups, mais dans l’ensemble je suis gagnant) et je rentabilise largement mon investissement sur lui.

Anecdote d’ailleurs à ce sujet: Mon co-pilote est à l’étranger, il vit hors de France et lorsqu’il trouve de bonnes affaires pour moi, il me dit parfois que s’il était résident en France, il achèterait lui même les produits trouvés pour les revendre et me laisserait sur le carreau lool…

Faire un mix de RA/OA et utiliser un assistant virtuel à bon escient permet de diversifier ses sources, je recommande donc fortement de puiser ses sources partout ou c’est possible.

Cela veut donc dire que si vous avez une famille à gérer, et que vous ne pouvez pas toujours allez chasser vous-même en magasin parce que vous êtes occupés à la maison (je parle ici aux mères de familles), l’utilisation de l’assistant virtuel est particulièrement adéquat. Pareil pour le salarié, il n’a pas forcément le temps/l’énergie/l’envie de faire du RA après ses 8 heures de travail, celui qui habite à la campagne ne vas pas faire des heures de route pour chasser, celui qui est malade ne peut sortir de chez lui facilement.
Donc l’assistant virtuel, c’est de la bombe. Il trouve les produits à revendre, vous les achetez et les recevez à la maison.

Mes 2 meilleures stratégies OA afin de bien sourcer pour Amazon

Petites quantités, mais réparties sur pleins de produits (recommandée aux débutants)

Cette méthode permet de diluer les risques sur Amazon: lorsque vous prenez moins de 5 unités par produit trouvé, vous faciliter votre initiation et vous libérez du stress lié à la prise de décision. Comme ça si ça se vend bien, je retourne faire une plus grosse commande, et si ça ne s’est pas bien vendu, je passe à autre chose.

Achat en grosse quantité de quelques produits

Bon là, on entre dans du retail arbitrage de niveau supérieur.

Supposition basée sur des faits véridiques: Admettons que je trouve en magasin un bon coup à faire sur un produit et il reste plus de 50 unités en rayons. Que dois-je faire ? Le risque de tout acheter vaut-il l’investissement potentiel ? Pas toujours facile de répondre mais:

En général ce qui détermine la décision c’est le prix d’achat. Si le produit est vraiment pas cher ET que je tire un billet de 5 euros par transaction, je ne cherche même pas à comprendre et je fonce. Car sur certains produits en cosmétique par exemple, les prix bougent pas mal en fonction de la période, et aussi en fonction de l’offre et la demande. Donc je dois être certain, au moment de la décision, que je vais marger correctement AVANT d’acheter et de prévoir soit une baisse du prix ou une hausse du prix pour décider si j’achète ou pas.

Autre point important : il y a des moments où on ne trouve pas de deals à faire. C’est comme ça, il n’y a rien à y faire et c’est cyclique. Quand cela arrive, je fais une pause d’un jour ou deux ,avant de retourner sourcer pour Amazon  (en même mon assistant virtuel ne travaille pas).

4. L’alimentation

Je vais vous épargner les détails mais si vous faites du retail arbitrage sans passer par la case alimentation/épicerie, vous perdez un manque à gagner gi-gan-tes-que. Pourquoi ?

Amazon-grande distribution

Parce que dès que vous trouvez un gagnant, vous savez qu’il suffit “juste” de se refournir et renvoyer plus de stock chez Tonton.
En effet, si on prend par exemple les dosettes de café, ou bien les céréales, les conserves, les pates, le riz etc…ce sont des produits que les gens ne cessent JAMAIS de consommer. La demande est toujours là. En plus pas besoin de scanner toute la journée, et puis faire un carton rempli d’un seul type de marchandise est un régal : c’est rapide, et plus facile qu’un carton plein de livres et DVD différents sourcés au vide grenier. Au final c’est des marges un peu moins bonnes que les petits coups chopés ici et là, en revanche ça ne s’arrête jamais et c’est du bénéfice facile à réaliser.

Il y a un type d’article que je ne veux pas dévoiler que je commande toute l’année, et qui me donne presque 5 euros de benéfice net par unité vendue. J’en vends pas des masses, mais cela me paie un bon 120 euros par mois juste avec un seul produit (dès qu’il fait chaud je vends trois fois plus mais chhuuut j’en dis pas plus) et donc sans surcharge de travail, juste acheter en plus grosse quantité en temps voulus.

En plus lorsqu’on source des produits alimentaires, il y a souvent les offres 2 achetés 1 gratuit, ou bien le second à  30, 40 ou 50%. Cela permet de faire des économies à l’achat c’est génial.

Et les coupons on en parle un peu?

Les enseignes des grandes surfaces proposent toujours des coupons de réduction des marques qu’ils commercialisent. Donc là encore un nouveau poste d’économie à faire. Si vous savez acheter ce qu’il faut et AU BON MOMENT, vous achèterez votre marchandise quasiment au prix grossiste, sans devoir faire de gros achats.
Dans le commerce pour réussir, soit on achète bien, soit on vend bien. 🙂

Plus d’idées pour sourcer pour Amazon

Voilà je t’ai dégrossi gratos les grandes pistes pour trouver des produits à sourcer. Il y en a d’autres bien sur, mais déjà avec ça, tu as une très bonne base. Les vendeurs Amazon que je connais en retail arbitrage utilisent tous ces 5 méthodes de sourcing, chacun à son échelle. Si tu veux aller plus loin je t’invite à prendre la formation TontonAmazon.

En conclusion : tu testes tu testes et tu testes encore…

Pour savoir ce qui marche pour vous, il faut tester. Car mes réussites ne seront peut être pas les votres. et vous réussirez peut être là ou je me suis ramassé. C’est comme ça, il peut y avoir plein de raisons expliquant un échec par rapport à un autre vendeur qui lui connait le succès : par exemple vos bons spots ne sont pas les mêmes, le concurrent a peut être accès a un fournisseur qui lui donne un avantage sur les autres (produit en exclu, prix du produit très bon marché…), ou bien il n’y a pas de magasin spécifique dans votre zone géographique. Certains détestent scanner et préfèrent passer du temps devant leur PC pour sourcer plus intelligemment, ou alors vous ne comprenez rien aux produits des catégories qui se vendent…

Peu importe, si vous constatez qu’un type de produit de fonctionne pas, passez au suivant et ne perdez pas de temps à insister. Soit vous vous y prenez mal, soit y’a pas moyen tout simplement. Vous allez vous adapter au fil de l’eau, et changer de niche plusieurs fois au cours de votre parcours d’entrepreneur et il n’y a aucun mal à cela.

bruceleebewater

Comme Bruce Lee : be water my friend !